De l’huile de poisson pendant la grossesse pour la prophylaxie de l’asthme chez les enfants ? Quelle est l’utilité des acides gras oméga-3 pendant la grossesse comme prophylaxie de l’asthme pour l’enfant à naître ? Il est conseillé de se tourner vers les pneumologues, les gynécologues ainsi que les médecins de famille et les pédiatres en tant que lecteurs potentiellement intéressés. Une récente étude a mis en avant le rôle bénéfique d’une supplémentation en huiles de poisson- riches en omégas 3- dans la bonne croissance de l’enfant, en particulier l’acide eicosapentaénoïque (EPA) et l’acide docosahexaénoïque (DHA). Ce produit, est-il bon pendant la grossesse comme prophylaxie de l’asthme pour l’enfant ? 

L’huile de poisson, un complément alimentaire indispensable  

Les oméga 3 sont devenus des compléments indispensables dans le monde occidental moderne. Les poissons et les fruits de mer sont les principales sources qui en présentent un taux important. Il est donc essentiel d’en consommer plusieurs fois par semaine afin d’avoir des apports suffisants pour un fonctionnement optimal des défenses immunitaires et un meilleur fonctionnement du système cardiovasculaire. Il n’est toutefois pas toujours évident d’en consommer autant, du fait de la localisation ou bien encore du coût de ces aliments. L’huile de poisson est connue pour sa richesse en oméga 3. Elle est obtenue à partir du pressage des tissus biologiques de poissons gras. Parmi les poissons choisis pour fabriquer l’huile de poisson, il est possible de trouver des poissons sauvages ou bien d’élevage. On trouve dans les poissons sauvages une huile d’excellente qualité. Parmi ces poissons, le hareng, la sardine, l’anchois, le maquereau, la daurade ou encore l’espadon. Parmi les poissons d’élevage, on retrouve la plupart du temps le saumon ou la morue. Cette huile est souvent de moindre qualité et peut même contenir des métaux lourds. Toutes les huiles obtenues par ces poissons ne se valent pas et leurs teneurs en oméga 3 non plus. D’où la nécessité d’être mieux informé pour mieux choisir.

Inquiétude d’une femme pour son enfant à naître

Une jeune femme de 30 ans est en bonne santé et enceinte de 21 semaines. Ses antécédents comprennent un asthme bien contrôlé. Elle ne présente actuellement aucun symptôme, ne prend pas de médicaments contre l’asthme et n’en a pas pris lors de sa précédente grossesse. Elle n’a pas d’allergies, mange une alimentation équilibrée de viande maigre et de poisson occasionnel et remplace quotidiennement une vitamine prénatale. Avec son fils, âgé de quatre ans, elle doit se rendre plus souvent aux urgences en raison de jaillissements épisodiques et d’infections des voies respiratoires inférieures. Quels sont les risques pour son enfant à naître de souffrir de symptômes similaires ? La dame a pris connaissance d’une nouvelle étude selon laquelle la supplémentation en acides gras oméga-3 au cours du troisième trimestre de la grossesse réduit de manière significative le risque d’essoufflement permanent ou d’asthme chez l’enfant. La mère inquiète veut maintenant savoir de votre part, doit-elle commencer à prendre des capsules d’huile de poisson ?

Les capsules d’huile de poisson du dernier trimestre réduisent le risque d’asthme.

Une étude est menée de manière aléatoire, à double liaison et monocentrique dans l’environnement. Dans le cadre du volet d’intervention, les femmes enceintes participantes ont reçu 2,4 g/jour d’acides gras oméga-3, 55 PA et 37 HA, sous forme d’huile de poisson, dans le groupe témoin d’huile d’olive. L’administration a eu lieu à partir de la 24e semaine de grossesse environ jusqu’à une semaine après l’accouchement. Une cohorte a été formée à partir des presque 700 nouveau-nés. La phase en double-aveugle qui a suivi a duré 3 ans. Les enfants ont été examinés plusieurs fois à des dates prédéterminées, ainsi qu’en cas de symptômes respiratoires ou d’allergies aiguës. Au cours des premières années de vie, près de 20 enfants au total ont souffert de respiration sifflante ou d’asthme, avec une différence statistiquement significative entre les deux groupes. Dans le secteur de l’huile de poisson, le chiffre était légèrement inférieur à 17 %, dans le secteur de l’huile d’olive, il atteignait presque 24 %. La réduction du risque relatif est donc clairement de 31 %, mais le niveau de signification n’est pas excessivement élevé à p = 0,035. Parmi les critères d’évaluation secondaires, on a également constaté une réduction significative du risque d’infections des voies respiratoires inférieures chez les enfants dont les mères avaient avalé les capsules d’huile de poisson. Cependant, la supplémentation n’a eu aucun effet statistiquement pertinent sur le développement des exacerbations de l’asthme, de l’eczéma et des allergies.

Par supplémentation

Il s’agit d’une option thérapeutique potentielle. Les acides gras oméga-3, en particulier l’EHA et le DHA, sont des précurseurs de puissants médiateurs anti-inflammatoires et anti-infectieux présents dans le placenta et le lait maternel. Leurs dérivés Resolvin et Protectin sont capables de réduire l’inflammation, la métaplasie et l’hyper-réactivité des voies respiratoires et de promouvoir la défense contre l’infection. Les patients asthmatiques présentent des taux plus faibles d’acides gras oméga-3 dans la muqueuse respiratoire, tandis que les patients souffrant d’asthme sévère et non contrôlé présentent une carence en médiateurs anti-inflammatoires. Le fait que les études d’intervention sur l’huile de poisson n’aient pas été jusqu’à présent aussi convaincantes que les études épidémiologiques pourraient être dues à un manque de puissance statistique et à des faiblesses méthodologiques. Les preuves disponibles indiquent les avantages d’une supplémentation en huile de poisson pendant la grossesse. Les acides gras oméga-3 doivent être fournis en tant que nutriments essentiels avec les aliments. La recommandation américaine pour les femmes enceintes est la suivante : deux à trois repas de poisson par semaine, correspondant à 200-300 g, en veillant à ce que la teneur en plomb soit faible. Il est probable qu’une allocation soit accordée pour l’enfant d’une femme, alors que le risque, le coût et l’effort sont faibles.

Contre-indication

Une telle décision devrait être basée sur les recommandations des lignes directrices et non sur les résultats d’une étude monocentrique. En outre, les données concernant les effets escomptés d’une supplémentation en acides gras oméga-3 chez les femmes enceintes sur la santé respiratoire de leur progéniture sont jusqu’à présent contradictoires. L’une des raisons pourrait être la difficulté de diagnostiquer l’asthme dans la petite enfance, où il n’est pas rare d’avoir jusqu’à dix infections respiratoires par an. Outre l’allergie et l’asthme, il peut y avoir une indication prophylactique pour la supplémentation d’un point de vue obstétrique. En effet, les acides gras oméga-3 prolongent la durée de la grossesse. D’une part, cela est associé à une réduction du taux de naissances prématurées, mais d’autre part, cela augmente également le taux d’interventions obstétriques dues à la transmission.

Le conseil est donc pour une mère concernée d’utiliser les offres de soins réguliers après la naissance pour détecter les éventuels signes d’essoufflement persistant ou d’asthme chez son enfant.