La prééclampsie est une maladie spécifique à la grossesse. Elle est l’une des principales causes de mortalité maternelle et peut provoquer des naissances prématurées, entre autres problèmes pour la mère et le bébé. Apprenez comment il est caractérisé, quelles sont les causes et les facteurs de risque, les traitements, comment prévenir et clarifier les principaux doutes sur le sujet. 

Qu’est-ce que la prééclampsie ?

La prééclampsie : est traditionnellement caractérisée par l’apparition d’une hypertension associée à une protéinurie (perte excessive de protéines par l’urine) chez les femmes enceintes ayant des antécédents de maladie artérielle normale après la 20e semaine de grossesse. D’autres dysfonctionnements des organes maternels peuvent être présents, en plus de la croissance fœtale limitée. Eclampsie est la complication neurologique majeure de la pré-éclampsie, définie comme un épisode convulsif, ou tout autre signe d’altération de la conscience, ou d’état comateux, et qui ne peut être attribuée à aucune autre affection neurologique préexistante. L’éclampsie peut survenir avant, pendant ou après l’opération. 

Causes et facteurs de risque

La prééclampsie est une maladie bien étudiée, bien que sa physiopathologie reste incertaine. C’est une maladie multifactorielle à forte composante génétique et plusieurs gènes ont été associés à ce trouble. Plusieurs caractéristiques clés sont associées au développement de la pré-éclampsie, qui est principalement considérée comme un trouble vasculaire. Les principaux facteurs impliqués dans la pathogenèse de la pré-éclampsie sont les suivants

– La mauvaise adaptation immunitaire de la mère au tissu placentaire ;

– Changements hémodynamiques et de la fonction des vaisseaux ;

– Stress oxydatif avec réponse inflammatoire systémique ;

– L’état nutritionnel.

Plusieurs hypothèses cherchent à expliquer l’étiologie, notamment les facteurs génétiques, environnementaux et le mode de vie. Ils sont considérés comme des facteurs de prédisposition (facilitateurs de l’émergence de la maladie). Il y a 8 choses qu’une femme enceinte peut faire

– L’obésité ;

– Syndromes métaboliques ;

– L’hypertension chronique ;

– Diabète pré-gestationnel ;

– Les maladies auto-immunes ;

– L’âge de la mère est de plus de 40 ans ou de moins de 20 ans ;

-Première grossesse ;

– Grossesse multiple ;

– Antécédents familiaux de prééclampsie / éclampsie.

Le suivi prénatal est le grand allié de la femme enceinte, car la pré-éclampsie est multifactorielle, la cartographie de tous les facteurs liés à son apparition est essentielle pour la prévention de la maladie.

Les symptômes de la prééclampsie

Les symptômes qui peuvent apparaître, dans les cas les plus graves sont :

– Céphalée ;

– Nausées ;

– Vomissements ;

– Douleur dans la région épigastrique et l’hypocondre droit ;

– Scotomes visuels (présence de points clignotants dans la vision).

– Aparecida souligne que la présentation classique inclut l’augmentation de la pression sanguine (BP

Les femmes enceintes peuvent présenter ou non des symptômes, des maux de tête et un œdème important attirent l’attention sur la recherche. On peut trouver d’autres dysfonctionnements systémiques avec des altérations des tests de laboratoire, tels qu’une réduction du nombre de plaquettes, un dysfonctionnement hépatique, une insuffisance rénale, un œdème pulmonaire aigu, des altérations visuelles et de la conscience.

Risques pour la mère et le bébé

La pré-éclampsie peut évoluer vers l’éclampsie, l’accident vasculaire cérébral hémorragique, le syndrome HELLP, l’insuffisance rénale, l’œdème pulmonaire aigu, qui peuvent entraîner la mort de la mère et du fœtus. Un décollement placentaire prématuré peut se produire ainsi que des situations présentant un risque plus élevé de saignement pendant l’accouchement ou la puerpéralité. La prééclampsie peut également affecter le développement du fœtus, le faible poids à la naissance et les bébés prématurés ne sont pas rares.

Traitements

Le patient doit être suivi individuellement en tenant compte de la gravité de chaque cas. Les méthodes de traitement de la pré-éclampsie comprennent :

-Traitements médicamenteux

Outre un suivi prénatal très strict, les patients souffrant d’hypertension artérielle sont invités à avoir une alimentation saine et équilibrée, à éviter les efforts physiques et les situations de stress susceptibles de compromettre leur tension artérielle. Il existe des médicaments antihypertenseurs qui sont libérés pour être utilisés pendant la grossesse et qui ne compromettent pas le développement du fœtus.

-Coliques de grossesse : causes, symptômes et quand s’inquiéter

Il convient de rappeler que tous les médicaments antihypertenseurs ne sont pas indiqués pour la période de gestation, certains sont contre-indiqués. Les gammes de médicaments les plus couramment utilisées sont les antihypertenseurs, les vasodilatateurs, les inhibiteurs calciques et le sulfate de magnésium.

-Hospitalisation

Elle peut être indiquée dans les cas où l’hypertension est difficile à contrôler ou lorsque le patient souffre d’une maladie sous-jacente associée (par exemple, une maladie entraînant une altération des plaquettes, une insuffisance hépatique). Il peut également être indiqué pour les patients qui ne peuvent pas bénéficier d’un suivi ambulatoire rigoureux (c’est-à-dire que les rendez-vous médicaux devraient être pris plus fréquemment, où le contrôle de la pression artérielle et la prise de poids seront évalués). Les changements qui mettent en danger la vie du fœtus peuvent également être une indication d’hospitalisation, par exemple les changements de perfusion placentaire.

-Induction de l’accouchement

Vous devrez savoir que le déclenchement de l’accouchement peut être indiqué chez les patients qui présentent une pression artérielle difficile à contrôler et des changements dans les tests de laboratoire ou en termes de symptômes qui ne peuvent être inversés avec des médicaments et des mesures comportementales. L’intention est de minimiser les dommages.

-Des habitudes qui peuvent aider

Il est à noter que le traitement non pharmacologique comprend une alimentation normale et adéquate et un repos relatif afin d’éviter les exercices et les activités qui contribuent à l’augmentation de la pression artérielle.

Comment prévenir la pré-éclampsie ?

Un bon prénatal est un mot clé pour éviter cette situation et d’autres qui peuvent survenir en même temps que la grossesse. Consultez les principales lignes directrices à cet égard :

– Faire un bon prénatal : la patiente doit être bien orientée sur les signes de déficience et la gravité de la maladie. Le suivi prénatal doit être bien fait, de manière très attentive et facilement accessible, afin qu’il y ait un bon contrôle de la pression sanguine et que la prise de poids de la femme enceinte soit dans les limites prévues.

– Contrôle du poids : selon Aparecida, des études indiquent que le surpoids et l’obésité sont des facteurs de risque de pré-éclampsie. Ainsi, une alimentation équilibrée et régulière est la bonne orientation pour toute femme enceinte. Il est également important que l’augmentation du poids corporel ne soit pas brutale.

– Envisagez (avec votre médecin) une supplémentation : il convient de rappeler que ces conseils doivent venir du médecin qui accompagne la grossesse, et que la femme ne doit jamais se supplémenter sur un compte ou s’auto-médicamenter.

5 questions posées sur la prééclampsie

Comme il s’agit d’une affection grave, qui peut entraîner des risques pour la mère et le fœtus, il est courant que la pré-éclampsie suscite de nombreux doutes chez les femmes enceintes. Vous trouverez ci-dessous quelques précisions sur certaines questions :

1. La pré-éclampsie commence-t-elle toujours après 20 semaines de grossesse ?

Le diagnostic est fait après 20 semaines de gestation. L’étiologie de cette maladie est inconnue, mais on sait qu’elle apparaît en raison d’un changement dans le développement du placenta avec des modifications insuffisantes de la circulation sanguine de l’utérus entraînant une diminution de l’oxygénation du tissu placentaire, un stress oxydatif et le développement de facteurs inflammatoires et angiogéniques (formation de nouveaux vaisseaux sanguins). Avec ce dysfonctionnement placentaire et les facteurs qu’il libère, il y aura une lésion systématique de l’endothélium, entraînant une hypertension, une atteinte des organes cibles et une perte de protéines dans les urines.

2. Quelles sont les différences entre la pré-éclampsie précoce et la pré-éclampsie tardive ?

La prééclampsie peut être considérée comme précoce lorsqu’elle se manifeste avant 34 semaines de gestation. Le dernier, après cette période. Lorsqu’elle se produit à un stade précoce, elle peut entraîner davantage de complications pour la mère et le fœtus, compte tenu du développement placentaire compromis, ainsi que de la distance temporelle de l’accouchement. En outre, il existe également des complications au niveau de la circulation uterplacentale et de la croissance fœtale. Cela représente 40 cas de maladies au Brésil.

3. Comment se fait le diagnostic de la pré-éclampsie ?

La prééclampsie peut être diagnostiquée chez les patients qui ont une pression artérielle élevée et ne présentent pas de protéinurie, mais qui ont des maladies sous-jacentes telles qu’un œdème pulmonaire aigu, un dysfonctionnement du foie ou des reins, une déficience des plaquettes sanguines (thrombocytopénie) et une éclampsie imminente. Dans les cas graves, comme le syndrome HELLP, il peut présenter des altérations de laboratoire, comme une augmentation des enzymes hépatiques, une thrombocytopénie et une altération de la fonction rénale associée à la présence de schizocytes dans le sang périphérique.

4. La prééclampsie peut-elle se produire avec une pression normale ?

La prééclampsie est définie comme une augmentation de la pression sanguine et n’est pas prise en compte chez les patients dont la pression sanguine est normale.

5. Une femme enceinte souffrant de pré-éclampsie doit-elle se reposer ?

La patiente peut mener une vie normale, avec une alimentation saine et sans être exposée à des situations susceptibles d’augmenter sa tension artérielle.