La profession médicale devient plus féminine. Cependant, les femmes médecins sont moins souvent représentées dans les postes de direction et gagnent moins que leurs collègues masculins en moyenne. Cela doit changer. La présence d’un plus grand nombre de femmes en médecine offre de nouvelles possibilités. À la politique qu’à la médecine, il doit y avoir une égalité des chances de promotion et de rémunération entre les femmes et les hommes. 

Égalité de chance : peut-on définir ?

Le comité d’égalité des chances de la Faculté des sciences et de médecine a pour but de promouvoir l’égalité des chances entre femmes et hommes parmi tous les membres de la Faculté, du Bachelor jusqu’au corps professoral. Le comité représente les différents départements et instituts de la Faculté des sciences et de médecine. Le comité se réunit régulièrement afin de discuter des problématiques de genres et pour définir des actions prioritaires.

Un super numerus clausus

Afin de garantir l’égalité des chances entre les primants et les doublants, chacune des quatre universités expérimentatrices a prévu de séparer et d’augmenter de manière significative son numerus clausus, habituellement constant et commun à tous les candidats. A priori, le quota attribué aux doublants représentera environ 60 % du nombre habituel de places offertes en deuxième année. Celui des primants s’élèvera, quant à lui, à 70 %. Le nombre total d’étudiants admis dans l’une des quatre filières augmentera de l’ordre de 30 % par rapport aux années précédentes. Le numerus clausus définitif, par université, sera connu avant la fin de l’année civile

Prêts à tous les sacrifices : la prépa

Ils rêvent de devenir médecins, pharmaciens et kinés. Les étudiants viennent d’intégrer la Paces, la première année d’études en santé. Leur classement au concours de fin d’année déterminera leur passage en deuxième année, mais aussi leur entrée dans les différentes filières, dentaire, pharmacie, médecine. Même au sein de l’université publique, cette année charnière coûte très chère. Car pour réussir ce concours très sélectif, ils sont nombreux à s’inscrire dans des prépas privées en plus des cours. Une étudiante décide de faire une prépa privée parce que c’est une sorte d’obligation. De savoir qu’on est contre mille personnes et eux, ils ont une prépa. C’est utile. Des cours synthétisés, un suivi personnalisé, des concours blancs. En vendant leurs services, ces organismes privés promettent aux étudiants de doubler leurs chances de réussite. La plupart des élèves, même issus de familles modestes, sont prêts à tous les sacrifices. 

 Le tutorat comme alternative

Tous les élèves n’ont pas les moyens de s’offrir une prépa. Pour garantir l’égalité des chances, une alternative s’est développée dans les universités : le tutorat. Il est même parfois gratuit dans les universités. Ce sont des étudiants qui sont passés par la Paces, qui ont une expérience de la Paces, qui font les QCM, qui font les entraînements, en collaboration avec les professeurs, de façon à entraîner les étudiants en Paces, à moindre coût. Même si ce système est mis en avant par le ministère, certains élèves préfèrent être accompagnés par des professionnels plutôt que par des étudiants bénévoles. Alors beaucoup d’étudiants voient le tutorat comme un complément à la prépa plutôt qu’une alternative. Ils cumulent les deux pour se préparer au concours. L’année prochaine, les études de médecine seront réformées pour offrir plus de places en deuxième année. Elles resteront malgré tout très sélectives. 

L’égalité femmes – hommes en médecine

Selon l’Association médicale allemande, les femmes médecins représentent 46,0 % du nombre total de médecins en activité contre 33,6 % des années auparavant. Près de 70 % des étudiants en première année de médecine humaine sont des étudiantes et la tendance est à la hausse. La profession médicale devient plus féminine. Dans les prochaines années, de nombreux médecins prendront leur retraite pour des raisons d’âge, la proportion de médecins de plus de 59 ans est de 17,3 %. En outre, l’augmentation de l’espérance de vie signifie que les maladies chroniques telles que les maladies cardiovasculaires, le cancer et le diabète vont augmenter de manière significative. La demande de médecins augmente. De moins en moins de médecins, veulent également s’installer dans les zones rurales, de sorte qu’il y a aussi une demande croissante dans ce domaine. Dans ce contexte, il est urgent de rendre la profession médicale plus attrayante, en particulier pour les femmes, qui ont souvent du mal à concilier leurs responsabilités médicales et familiales. Si près de deux tiers des femmes qui entrent dans la profession médicale sont des femmes et ont un intérêt marqué à fonder une famille en raison de leur âge entre 25 et 35 ans, la structure du lieu de travail doit être modifiée pour rendre compatibles travail et vie de famille. Même dans un système de travail par roulement, comme dans un hôpital, il est possible d’organiser les horaires de travail de manière planifiable et sans heures supplémentaires et d’introduire des modèles de temps partiel, qui sont nécessaires si les deux parents veulent travailler. De plus en plus de médecins se prononcent déjà contre un emploi à temps plein. Selon l’Association médicale allemande, la proportion de médecins à temps partiel en cabinet privé est passée d’environ 5 à 13,6 %.

Les horaires de travail doivent devenir plus flexibles et plus favorables à la famille

Les flexi-services, qui permettent aux collègues de remplacer un collègue pendant deux heures, par exemple, et d’étendre leur propre service, sont tout autant une approche correcte qu’un élargissement des possibilités de garde d’enfants. Compte tenu de la quantité de travail administratif qu’impliquent les opérations hospitalières actuelles, les médecins peuvent également effectuer certaines de leurs tâches depuis leur domicile. Aucun médecin ne se trouve uniquement dans la salle d’opération ou n’est constamment impliqué dans les discussions avec les patients. Soit dit en passant, le besoin d’un bon équilibre entre vie professionnelle et vie privée n’est pas moins prononcé chez les hommes médecins que chez leurs collègues féminines. Le fait qu’il y ait une domination des hommes dans les postes médicaux de premier plan ne peut être nié. Dans certaines cliniques, seuls 15 % des postes de médecin-chef sont occupés par des femmes ; 88 hommes sont opposés à seulement 17 femmes médecins. Dans ce cas, la direction de l’hôpital devrait repenser et réorienter, mais les critères devraient être la qualification et la performance et non un quota rigide.

Bien sûr, il y a des patients qui préfèrent être opérés ou traités par un homme ; mais il y a aussi ceux qui préfèrent une femme comme médecin. Le point de vue des patients n’est certainement pas un critère qui explique pourquoi les femmes sont si rarement représentées dans les postes de direction. Au contraire, de nombreuses administrations hospitalières semblent avoir une compréhension assez archaïque des rôles. Soit dit en passant, les médecins en chef masculins coûtent plus cher aux hôpitaux parce qu’ils gagnent plus avec les honoraires non-tarifaires ou pour le dire autrement, en tirent plus de profit. Cela a également un effet frustrant sur les femmes et tend à les empêcher de poursuivre une carrière dans la médecine si on leur refuse des possibilités d’avancement et si elles gagnent moins. Dans le domaine des soins ambulatoires, par exemple, il serait judicieux de moderniser des domaines spécialisés comme la pédiatrie, la médecine générale ou la gynécologie en alignant le potentiel de rémunération des médecins qui y travaillent sur celui des domaines à dominante masculine comme la radiologie ou l’orthopédie.

Malgré toute la sympathie pour l’égalité des chances, il ne faut pas lutter contre les anciens combats entre les sexes. Si les représentants des femmes médecins de premier plan justifient une plus grande présence des femmes en médecine en disant que les femmes sont de meilleurs médecins parce qu’elles sont plus empathiques et savent mieux écouter, cela ne va pas dans le bon sens. Les hommes, sont-ils donc les meilleurs chirurgiens parce qu’ils ont plus de force et peuvent rester plus longtemps sur la table d’opération ?