Au début de l’été, vous avez fréquemment des démangeaisons pas forcément très agréables ? Et si vous faisiez une réaction allergie au soleil ? Connu sous le nom de lucite estivale, ce phénomène touche en effet une part non négligeable de la population. Pourtant, il est tout à fait possible d’en soigner les conséquences et même de s’en protéger. Lisez le texte ci-dessous pour tout savoir au sujet de cette maladie bénigne !

Lucite estivale, de quoi s’agit-il ?

La lucite est une réaction allergique qui fait suite aux premières expositions au soleil. Elle concerne principalement les peaux sèches et claires. Sans que la science n’ait encore pu apporter une quelconque explication, toutes les études démontrent que les femmes entre 18 et 40 ans sont majoritairement touchées. Cette maladie se présente sous deux formes. L’une est bénigne (il suffit souvent d’une semaine pour qu’elle disparaisse) et l’autre beaucoup moins. Cette dernière se nomme lucite polymorphe et se concentre essentiellement sur le visage et sur les mains desséchées. Elle ne se déclare pas uniquement à la belle saison. Si vous êtes concerné, consultez au plus vite un dermatologue ou un allergologue. En aucun cas, de simples soins de la peau (soin des mains ou du visage pour les peaux sensibles) ne suffiront ! La lucite bénigne ou estivale ne nécessitera pas autant de surveillance. Néanmoins, restez conscient qu’elle peut réapparaître plusieurs fois au cours de l’été. Dans ce cas, n’hésitez pas à demander tout de même un avis médical.

Quels sont les symptômes de la lucite estivale ?

Cette réaction allergie demeure assez simple à identifier. Outre la saisonnalité, elle provoque des symptômes assez caractéristiques. Dans tous les cas, vous verrez apparaître des petits boutons rouges à la surface de la peau. Quelques heures après l’exposition au soleil, vous ressentirez des démangeaisons d’intensité variable en fonction des personnes. Dans une minorité de cas, les boutons pourront également dégénérer et former alors des cloques et des rougeursLes éruptions cutanées restent localisées à quelques parties du corps, notamment celles qui sont les plus exposées à l’ensoleillement bien évidemment. Notez que l’épilation joue elle aussi un rôle. Dès lors, vous ne serez donc pas forcément surpris de savoir que les bras, les épaules, les jambes et le décolleté sont concernés en priorité. Si vous constatez des boutons aussi sur votre visage, il devient délicat de distinguer la forme de l’allergie (bénigne ou polymorphe) sans l’intervention d’un professionnel de santé.

Comment traiter la lucite estivale ?

Le premier réflexe que vous devez avoir est de stopper toute exposition au soleil. La lucite doit en effet être considérée comme un premier signal d’alarme. Vous devez apprendre à mieux vous protéger. Ensuite, si vous êtes sujet aux fortes démangeaisons, utilisez une crème corticoïde durant quelques jours. Celle-ci va traiter les lésions puis les faire disparaître. En cas de brûlures, laissez de côté la crème et aspergez la zone plusieurs fois par jour avec de l’eau thermale. Ses propriétés anti-inflammatoires et apaisantes sont parfaites en pareilles circonstances, vous ne serez pas déçu vous verrez ! Avant de retourner au soleil et profiter ainsi pleinement des joies de l’été, veillez patienter jusqu’à la disparition complète des boutons, même si vous ne ressentez plus les démangeaisons. Si malgré vos efforts, les symptômes n’étaient pas totalement traités en dix jours, veillez vous adresser à votre dermatologue.

Peut-on prévenir les allergies au soleil ?

Il est tout à fait envisageable de réduire le risque d’apparition de la lucite estivale. Premier conseil, et non des moindres, choisissez une crème solaire performante et de qualité. Appliquez-en sur toutes les zones exposées et ce dès le printemps. Préférez en priorité les produits offrant une protection maximale contre les UVA. Ce sont eux qui sont à l’origine de l’allergie. Pour rappel, les UVB sont néfastes aussi. Si ils sont responsables du bronzage, ils provoquent également des coups de soleil et favorisent l’apparition des mélanomes (cancer de la peau).

Il faut aussi apprendre à s’exposer. Dès les premiers rayons, limitez votre temps de bronzage. Augmentez-le progressivement au fil des jours pour préparer votre peau dès la sortie de l’hiver. Durant les périodes plus intenses, vous éviterez de vous prélasser au soleil entre 11 et 17 heures. Préférez rester alors à l’ombre et porter des vêtements couvrants afin de vous préserver. N’oubliez pas aussi vos lunettes solaires ! Enfin, l’alimentation peut également participer à la préparation de votre peau aux expositions. Il suffit par exemple de consommer quelques compléments à base de carotène en cure de quatre à huit semaines afin d’être paré pour le début de l’été !