Les troubles bipolaires ou les troubles maniaques-dépressifs relèvent du chapitre des troubles de l’humeur et appartiennent à l’un des deux grands groupes de troubles mentaux majeurs ou psychotiques, c’est-à-dire les troubles mentaux graves, tant pour la gravité de la symptomatologie présentée que pour l’altération considérable du fonctionnement social et des relations sociales de l’individu (handicap). L’autre grand groupe de troubles mentaux majeurs ou psychotiques est la schizophrénie.

Quand on parle de trouble bipolaire…

Le trouble bipolaire ou maniaco-dépressif (précédemment appelé syndrome maniaco-dépressif) se caractérise par de graves altérations de l’humeur habituelle d’une personne, c’est-à-dire par l’alternance, chez la même personne, d’épisodes d’euphorie et d’excitation extrêmes et irrationnels (épisodes maniaques ou hypomaniaques), avec des épisodes de dépression sévère (épisodes dépressifs). Il y a des intervalles entre les épisodes, parfois avec une guérison complète et parfois, au contraire, avec la persistance de symptômes atténués (notamment la dépression).

L’alternance des épisodes varie d’une personne à l’autre, de même que la durée des phases d’intervalle et, par conséquent, il n’est pas possible d’identifier le chemin a priori, mais seulement de le décrire a posteriori. Vous pouvez parler de formes à cycle rapide lorsque l’année précédente, il y a eu 4 épisodes ou plus d’altération de l’humeur. Parfois, il peut y avoir des épisodes “mixtes”, avec la coexistence de symptômes dépressifs et maniaques, et ceux-ci représentent les formes les plus graves également à des fins thérapeutiques.

Vous ne pouvez parler de trouble bipolaire que si, dans l’histoire du patient, au moins un épisode “maniaque” ou “hypomaniaque” est traçable, alternant avec des épisodes de dépression. Ces symptômes d’altération de l’humeur provoquent un inconfort cliniquement significatif et une altération du fonctionnement personnel et social.

Les épisodes maniaques sont caractérisés par les symptômes typiques et précisément : estime de soi hypertrophique et grandiose, fuite des idées, conversation continue, déficit d’attention, agitation psychomotrice, manque de contrôle des impulsions, diminution du besoin de sommeil. Vous pouvez faire des choses très risquées, dépenser beaucoup d’argent ou avoir des relations sexuelles risquées. Il peut également y avoir des symptômes psychotiques, tels que des délires et des hallucinations, qui, dans ce cas également, correspondent pour la plupart à des thèmes maniaques (délire de grandeur, etc.).)

Les épisodes dépressifs se caractérisent par les symptômes typiques de ce qu’on appelle “l’épisode dépressif majeur”, tels que : humeur dépressive, inhibition ou agitation psychomotrice, perte marquée d’intérêt et de plaisir pour toutes les activités, perte de poids, fatigue facile, sentiments de dévalorisation et/ou de culpabilité, pensées récurrentes de mort et d’idées suicidaires, difficultés de concentration. Il peut également y avoir des symptômes psychotiques, avec des délires et des hallucinations correspondant pour la plupart à des thèmes dépressifs (délires de culpabilité, nihilistes, etc.).

Le trouble bipolaire est une affection psychiatrique récurrente et l’une des principales causes d’invalidité dans le monde dans la tranche d’âge 15-44 ans. Ce trouble est associé à un risque accru de suicide (15 fois plus élevé). Bien que la plupart des personnes soient mieux traitées au fil du temps, deux tiers d’entre elles peuvent présenter des symptômes résiduels et au moins 40 % de rechute au cours des deux prochaines années.

Selon les statistiques du NIMH (National Institute of Mental Health), le trouble bipolaire touche environ 1 personne aux États-Unis dans la population de plus de 18 ans, avec une répartition égale entre les deux sexes. Dans les pays industrialisés, il a été calculé que la prévalence du trouble bipolaire se situait entre 0,4 et 1,2 %, sans différence entre les sexes.

Habituellement, le premier épisode du trouble se développe à la fin de l’adolescence ou au début de l’âge adulte (19-29 ans), puis se produit plus ou moins fréquemment tout au long de la vie.

Approximativement 10-15 adolescents ayant des épisodes récurrents de dépression majeure développent un trouble bipolaire de type I.

L’abus d’alcool ou de drogues aggrave considérablement les problèmes de santé

Dans le domaine des troubles bipolaires, selon le DSM-V, le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux de l’Association américaine de psychiatrie, il faut distinguer :

  • Trouble bipolaire de type I : il se caractérise par la présence d’un ou plusieurs épisodes maniaques ou mixtes pendant au moins une semaine. Souvent, les personnes qui en souffrent ont eu un ou plusieurs épisodes dépressifs d’une durée d’au moins deux semaines. De tels épisodes provoquent une gêne ou une altération cliniquement significative du fonctionnement social, professionnel et scolaire. Il est plus fréquemment rencontré chez les personnes de la même souche familiale.
  • Trouble bipolaire de type II : il se caractérise par la présence d’un ou plusieurs épisodes dépressifs majeurs accompagnés d’au moins un épisode hypomaniaque (moins grave que le maniaque). Les symptômes provoquent un malaise cliniquement significatif ou une altération du fonctionnement social au travail ou d’autres domaines importants du fonctionnement. Le type II est également plus fréquent chez les parents par le sang.
  • Désordre cyclotimal : présence pendant au moins 2 ans de nombreux épisodes hypomaniaques et de nombreuses périodes avec des symptômes dépressifs qui ne répondent pas aux critères d’un épisode dépressif majeur et qui, cependant, provoquent une gêne ou une altération cliniquement significative du fonctionnement social, du travail ou de l’école. C’est la forme la plus légère de trouble bipolaire, caractérisée par une alternance de phases de manie légère et de dépression modérée. Ce trouble est également connu.

Les différences entre les différents types de troubles bipolaires résident donc principalement dans l’intensité des symptômes maniaques et, partiellement, dans les symptômes dépressifs, et dans leur durée.

Y a-t-il une différence dans les manifestations du bipolarisme entre les hommes et les femmes ?

Le trouble bipolaire de type I est, numériquement parlant, également représenté chez les hommes et les femmes. Mais le sexe semble corrélé avec le nombre et le type d’épisodes maniaques ou dépressifs majeurs.

En fait, chez les hommes, il est plus probable que le premier épisode soit maniaque, alors que chez les femmes, il est dépressif. Chez les hommes, le nombre d’épisodes maniaques est égal ou supérieur au nombre d’épisodes dépressifs, tandis que chez les femmes, les épisodes dépressifs prédominent. Le type de cycle rapide est plus fréquent chez les femmes. En outre, les femmes souffrant de troubles bipolaires sont plus susceptibles de développer des épisodes ultérieurs (souvent avec des symptômes psychotiques) en post-partum.

Le trouble bipolaire de type II est plus fréquent chez les femmes que chez les hommes. Comme pour le type I, les femmes sont plus susceptibles d’avoir plus d’épisodes dépressifs que les hommes, tandis que les hommes ont les mêmes épisodes dépressifs ou plus. Les femmes atteintes de troubles bipolaires de type II sont également plus susceptibles de développer des épisodes dans la période post-partum immédiate : l’accouchement peut être un déclencheur spécifique. Il peut être difficile de distinguer l’hypomanie de l’humeur euphorique et du sommeil réduit, qui accompagnent normalement la naissance d’un bébé, mais cela peut présager l’apparition d’une dépression qui survient chez environ la moitié des femmes qui éprouvent de l’euphorie en post-partum.

Une identification minutieuse du trouble bipolaire II peut aider à établir un traitement approprié pour la dépression, ce qui peut réduire le risque de suicide et d’infanticide. N’oubliez jamais qu’il existe un risque accru important de suicide, 15 fois plus élevé que dans la population normale.

Les autres facteurs déclenchants, communs aux deux sexes, peuvent être : le stress, la toxicomanie, le manque de sommeil. Les femmes sont plus fréquemment associées à des troubles anxieux, à des troubles de stress post-traumatique et à des migraines.

Le trouble psychique est également présent chez les hommes et les femmes, mais ce sont ces derniers qui ont le plus besoin d’aide et de traitement. Les trois principales manifestations du bipolarisme sont plus fréquentes chez les parents par le sang.

En général, dans tous les cas de trouble bipolaire, il est constaté que les femmes sont en moyenne plus souvent hospitalisées pour leur traitement, tandis que les hommes sont plus souvent traités en ambulatoire. Pourquoi est-ce le cas ? Une hypothèse est que les hommes, lorsqu’ils sont malades, bénéficient d’un soutien familial (de leur épouse, etc.), alors que les femmes ne peuvent pas bénéficier d’un tel soutien familial et sont hospitalisées.

Bipolarisme : comment vivre avec ce trouble ?

Vivre avec un trouble bipolaire n’est pas facile et c’est exigeant pour les malades et leurs familles. Le risque de suicide est élevé. Environ un tiers des personnes malades font état d’antécédents de tentatives de suicide.

Les taux de prévalence des tentatives de suicide dans les troubles bipolaires I et II semblent similaires (32,4 et 36,3 % respectivement). Cependant, la létalité des tentatives (rapport entre les tentatives de suicide et les suicides réussis) est plus élevée chez les personnes atteintes de trouble bipolaire II, qui, comme mentionné, est plus fréquent chez les femmes.

La thérapie est cruciale, bien qu’il ne soit pas facile d’amener ces personnes à adhérer au traitement, dont certains ont des effets secondaires. Le traitement au lithium est le premier choix dans le traitement du trouble bipolaire. Il existe toutefois des problèmes de gestion et de collatéralité qui limitent son utilisation.

Le traitement à long terme au lithium est associé à une réduction de la capacité de concentration urinaire, à une polyurie, une polydipsie et un diabète insipide néphrogène (qui se développe au début de la période 10-40 et chez les patients). Il entraîne également une réduction de la capacité de filtration rénale, qui, bien que rarement, peut entraîner une insuffisance rénale. Au niveau de la thyroïde, elle entraîne une augmentation de la TSH, avec un risque d’hypothyroïdie qui semble être multiplié par six environ par rapport aux témoins. Moins connue est l’augmentation de la parathormone et du calcium, qui se produit chez une proportion importante de patients. Enfin, elle peut entraîner une exacerbation du psoriasis, probablement chez des sujets génétiquement prédisposés.

Les antipsychotiques atypiques peuvent être utilisés pour le traitement d’entretien, ainsi que certains antiépileptiques tels que la carbamazépine, l’acide valproïque (dont le risque chez les femmes en âge de procréer doit être pris en compte) et la lamotrigine.

Dans les phases dépressives, des antidépresseurs sont introduits dans la thérapie et dans les phases maniaques, des antipsychotiques, tant typiques qu’atypiques, à des dosages appropriés (par exemple, les antidépresseurs sont utilisés dans les phases maniaques. Olanzapine), à la fois pour son action sédative et antipsychotique.

En plus de la thérapie médicamenteuse, il est très important de procéder à ce qu’on appelle la psychoéducation, à la fois pour l’individu et pour la famille. Elle sert à informer la ou les personnes sur la maladie et son évolution chronique, avec le besoin qui en découle de poursuivre la thérapie psychopharmacologique dans le temps, et de reconnaître les symptômes prémonitoires du début d’un épisode maniaque et/ou dépressif, afin de pouvoir commencer le traitement à temps. La psychoéducation contribue donc à réduire le nombre d’épisodes, à augmenter les intervalles libres et aussi à diminuer la gravité des épisodes eux-mêmes.

La pratique d’une activité physique 

En outre, il est utile de combiner la thérapie pharmacologique avec la psychothérapie de soutien et/ou la psychothérapie cognitivo-comportementale, qui, outre le fait de fournir à la personne un espace de réflexion et de connaissance de ses problèmes/difficultés, permet également de comprendre si et quels sont les facteurs déclenchants possibles des épisodes (stress, altération du rythme veille-sommeil, toxicomanie…) et peut contribuer à réduire la stigmatisation dont ces personnes, et en particulier les femmes, sont encore victimes.