Les lacunes en matière de vaccination et les pilules coûteuses rendent la lutte contre l’hépatite plus difficile. Les inflammations du foie sont connues pour leur progression souvent rampante. Certains souffrent sans être remarqués pendant des années. Mais ce n’est pas toujours le cas, comme le montre une récente épidémie.

L’épidémie d’hépatite  révèle des problèmes dans la lutte contre la maladie

Flambée d’hépatite. Les experts observent de plus en plus de cas d’inflammation du foie. Elle s’accompagne exclusivement de symptômes aigus tels que nausées, vomissements, douleurs dans le haut de l’abdomen et jaunissement de la peau et des yeux et jusqu’à présent, elle a entraîné une hospitalisation dans environ un cas sur trois. Dans de nombreux cas, l’infection se guérit d’elle-même. Les hommes sont particulièrement touchés, et une grande partie d’entre eux déclarent être homosexuels. Sur les 550 infections par l’hépatite A signalées dans le pays cette année, une bonne centaine sont originaires de grandes villes.  Elle connaît cependant une accumulation de cas comme jamais auparavant en peu de temps. Le virus est généralement observé chez les enfants et dans des cas individuels, le plus souvent à l’occasion de voyages dans les zones touchées.

La scène des clubs tente d’éduquer sur l’hépatite

Le virus peut être transmis par contact et par frottis, par exemple lors d’un contact étroit à la maternelle ou dans les foyers, lors de rapports sexuels, en particulier entre hommes, ou par l’eau contaminée. En plus des affiches et des cartes postales dans les clubs, la publicité sur Internet tente d’éduquer la scène sur le risque d’infection et d’appeler à la vaccination. Contre la Journée mondiale de l’hépatite, la population n’est pas aussi bien vaccinée qu’elle pourrait ou devrait l’être. Il existe des vaccinations contre les virus de types A et B. La première est surtout recommandée aux voyageurs longue distance, la seconde pour tous les nourrissons et les jeunes enfants.

L’OMS vise à contenir l’hépatite 

L’Organisation mondiale de la santé : OMS vise à réduire les hépatites. Nous avons encore du chemin à faire pour limiter les nouvelles infections, les évolutions chroniques et donc la propagation. Les experts se concentrent sur les hépatites B et C : celles-ci peuvent prendre une tournure plus grave et chronique, conduire à des carcinomes du foie et à une cirrhose du foie. Des centaines de milliers de cas d’hépatite B et C sont susceptibles d’être touchés, et un total d’environ 7 400 cas ont été signalés au RKI. Mais les nouveaux diagnostics ne sont des maladies nouvelles que dans une mesure limitée. Dans le cas de l’hépatite C, par exemple, on signale encore chaque année des cas de personnes qui ont été infectées par des produits sanguins tels que des transfusions après des opérations. Parce que l’infection est insidieuse pendant si longtemps et ne présente pas de symptômes particulièrement typiques, elle n’est parfois reconnue que des années ou des décennies plus tard. Outre l’épuisement et la diminution des performances, il peut s’agir de symptômes psychologiques tels que la dépression. Des signes typiques tels que la jaunisse ne sont parfois observés que dans les cas de lésions hépatiques graves.

Les échantillons de sang sont testés pour détecter les virus

Les produits sanguins ont été testés pour les virus de l’hépatite, et depuis lors, la voie de transmission n’est plus pertinente. Cependant, l’attention des médecins généralistes et des médecins de famille pour les maladies liées à l’hépatite est encore peu prononcée. Les possibilités de traitement se sont améliorées, en particulier pour l’hépatite C. Ce type peut maintenant être traité dans presque tous les cas. De nouveaux médicaments très efficaces et très chers sont continuellement mis sur le marché. Cependant, après une augmentation du nombre de traitements, on a constaté une baisse l’année dernière. Maintenant, les infections par l’hépatite C doivent être diagnostiquées plus activement, tous les patients affectés n’ont certainement pas déjà été traités. Le dépistage des personnes particulièrement vulnérables fait défaut. L’organisation Médecins du monde critique le prix de l’un des médicaments contre l’hépatite C : un traitement de trois mois avec ce médicament coûte très cher. La thérapie n’est pas encore couverte par les compagnies d’assurance maladie dans tous les cas. On connaît au moins quelques cas individuels, dans lesquels les médecins évitent donc de prescrire des médicaments. Afin d’accélérer l’accessibilité du médicament en Europe, plusieurs organisations contestent le brevet sur le médicament, ils espèrent des médicaments génériques moins chers. Le pronostic de l’hépatite B est moins bon que celui de l’hépatite C : il est considéré comme un diagnostic à vie si l’infection devient chronique. En ce qui concerne la vaccination existante, les infections ne devraient pas exister du tout. Lors de l’examen d’entrée à l’école, 88 % des enfants ont été vaccinés, encore trop peu. L’épidémie d’hépatite A de Berlin se reflète au moins dans les chiffres, la vaccination a été environ deux fois plus fréquente que les années précédentes. Comme la saison des fêtes et des grands événements est en cours sur la scène, la vague ne devrait pas encore s’atténuer.