Lorsque nous entendons le mot « schizophrénie » dans la vie de tous les jours, nous ne le comprenons pas très bien, si ce n’est une maladie. Peut-on parler d’une « scission » de personnalité dans la schizophrénie ? Parle-t-on de psychose ? Vous pouvez trouver plus d’informations sur ce sujet sur : xn--schizophrnie-jeb.info/.

Qu’est-ce que la schizophrénie ?

Les personnes atteintes de schizophrénie ne sont pas des personnes que vous devez craindre. Au contraire, elles ont besoin d’aide et du soutien de professionnels puisqu’elles souffrent d’une maladie mentale.

Selon certaines études, jusqu’à 4 personnes sur 1000 pourraient développer une schizophrénie au cours de leur vie, les hommes étant légèrement plus touchés que les femmes avec un ratio de 1,4:1.

La manifestation de la schizophrénie se fait à travers une variété de symptômes, tels que l’illusion d’être suivi, des hallucinations visuelles ou auditives, une désorganisation de la pensée ou de l’attention. Le cerveau traite les informations différemment, ce qui se manifeste non seulement par une désintégration de la personnalité de la personne touchée par la maladie, mais aussi par une excitation physique ou une paralysie. La schizophrénie est aujourd’hui classée suivant un groupe de symptômes, car il n’y a pas de cause unique à cette maladie. Dans chaque « classe », plus de deux symptômes seront répertoriés sur une longue période, au moins un mois, avant de pouvoir parler de schizophrénie.

Qu’est-ce qu’une psychose ?

Le terme « psychose » est utilisé pour désigner des troubles mentaux caractérisés par la désorganisation de la personnalité, la transformation délirante du vécu et la perte du contact avec la réalité. C’est pourquoi l’on dit que la schizophrénie est une psychose. Mais toutes les psychoses ne sont pas une schizophrénie. En effet, la psychose, englobant divers troubles mentaux, peut être causée par la consommation de drogues, des lésions cérébrales, la démence ou encore des symptômes de sevrage, etc. Il existe plusieurs psychoses : les psychoses maniaco-dépressive, les psychoses hallucinatoires et les psychoses délirantes.

Causes et facteurs de risques

La schizophrénie peut être causée par plusieurs facteurs, notamment, la prédisposition génétique, les complications de grossesse, c’est-à-dire lors du développement du fœtus, un environnement familial stressant (violences physiques ou verbales), la consommation de cannabis chez les personnes prédisposées à la maladie ou encore les traumatismes. Une combinaison de ces facteurs peut entraîner des modifications du cerveau, qui traite les informations différemment causant ainsi une dégradation des structures cérébrales, des connexions entre les cellules nerveuses, des troubles de la biochimie, etc.

Peut-on traiter la schizophrénie ?

Les chances de guérison de la schizophrénie dépendent de la prise en charge de la maladie. En effet, plus tôt elle a été diagnostiquée et traitée, plus il y a de chances d’obtenir une réponse positive au traitement, une rémission et une bonne intégration sociale du malade. Il existe aujourd’hui non seulement un traitement médicamenteux, mais aussi un traitement psychosocial. Les médicaments permettent d’atténuer les symptômes et de réduire les taux de rechute tandis que la psychothérapie de soutien et d’accompagnement va diminuer l’intensité et l’impact des idées délirantes, mais surtout aider la personne à accepter sa maladie. Le traitement est à suivre à vie, et les rechutes sont fort possibles.

Le film « Un bel esprit » raconte la véritable histoire de John Nash, un génie mathématique qui a reçu un prix Nobel. John Nash souffrait d’un trouble schizophrénique mais il a pu mener une vie créative, significative et satisfaisante, malgré cette maladie.