Des milliers de personnes, jeunes ou âgées, sont touchées chaque année par la méningite au Royaume-Uni. Et même si le nombre de cas a diminué, cette maladie reste préoccupante et peut avoir un impact considérable sur la famille, les amis et les collègues.

Qu’est-ce que la méningite?

La méningite est une maladie potentiellement mortelle qui implique l’infection des membranes protectrices, les méninges, entourant le cerveau et la moelle épinière. Il existe deux types de méningite: la méningite virale et la méningite bactérienne.

La méningite virale touche environ 6 000 personnes au Royaume-Uni chaque année et constitue la forme la plus répandue et la moins grave de la maladie. Toutefois, un sondage mené par Meningitis Now a révélé que 97% des personnes interrogées ont déclaré souffrir de séquelles persistantes après leur rétablissement, notamment des maux de tête, une perte de mémoire, de l’épuisement, une perte auditive, de l’anxiété et la dépression.

Au Royaume-Uni, environ 3 000 par an sont infectées par la méningite bactérienne et 1 sur 10 en meurt. La forme la plus courante de méningite bactérienne est la souche méningococcique. Certaines bactéries causant la méningite peuvent également causer une septicémie (empoisonnement du sang).

Signes et symptômes de la méningite

La méningite n’est pas facile à détecter, en partie parce que les premiers symptômes ressemblent à un rhume ou à une grippe. Les symptômes peuvent apparaître dans n’importe quel ordre et les experts vous déconseillent d’attendre que l’éruption cutanée apparaisse sur la peau. En cas de doute, allez à l’hôpital. Les symptômes les plus récurrents sont une forte température (plus de 37,5 ° C), des maux de tête, des vomissements, des douleurs musculaires sévères ou une raideur de la nuque, des mains et des pieds froids, une somnolence, une sensibilité aux lumières vives et enfin des éruptions cutanées, qui ne s’estompent pas lorsqu’elles sont pressées avec le côté d’un verre, de l’irritabilité et des convulsions.

Séquelles de la méningite

Les méningites bactériennes sont les plus graves tandis que les méningites virales sont généralement bénignes et guérissent en ne laissant aucune séquelle.

De nombreuses personnes se rétablissent complètement de la méningite, mais certaines peuvent souffrir de problèmes persistants et de séquelles plus ou moins graves, ce qui peut nuire à la capacité de la personne de retourner au travail.

Ainsi, la méningite peut causer des complications graves telles que la surdité, la cécité ou des lésions cérébrales. La septicémie, une infection du sang peut aussi être causée par la méningite et peut provoquer des cicatrices, une perte des doigts, des orteils ou des membres ou des lésions organiques. Elle peut aussi provoquer des effets plus ou moins débilitants mais importants, notamment la perte de mémoire, les vertiges, un comportement agressif, des articulations raides, de l’anxiété ou une dépression. Pour en savoir plus sur la méningite, n’hésitez pas à visiter le site xn--mningite-b1a.info.

Méningite au travail

Les germes qui causent la méningite virale et la méningite bactérienne sont transmis de personne à personne soit par l’intermédiaire des gouttelettes de salives émises par le malade lorsqu’il tousse ou lorsqu’il éternue, soit par contact direct. Cependant, la plupart des personnes exposées aux germes ont une autre maladie bénigne (comme un mal de gorge) et ne développent pas de méningite.

Les employeurs ont rarement besoin de craindre une épidémie chez leurs collègues. L’agent de santé publique local peut proposer des antibiotiques aux contacts proches de la personne malade, tels que les membres de la famille, mais cela n’est généralement pas nécessaire pour les collègues de travail.

Conseils pour les employeurs

Voir un collègue tomber malade de méningite peut être source d’inquiétude et d’inquiétude sur le lieu de travail. Il est donc important que les employés reçoivent des informations précises et en temps utile sur leur état et les risques qu’ils pourraient courrir.

Les employés souffrant de méningite peuvent s’absenter du travail pendant plusieurs semaines, voire plusieurs mois, avant de récupérer suffisamment pour pouvoir revenir. Dans ce cas, les employeurs devront suivre les bonnes pratiques en matière de gestion des congés et du retour des travailleurs, notamment pour les rassurer et rassurer leur collègue. La flexibilité et la compréhension les aideront à retrouver une routine de travail normale, notamment  :

En restant en contact avec le travailleur malade ou sa famille et en tenant les collègues à jour sur l’état de santé de la personne;

En offrant une flexibilité en ce qui concerne les heures de travail et en permettant à l’employé de s’absenter pour ses rendez-vous médicaux.

En vous adaptant à tout changement potentiel en termes de capacités de l’employé. Offrez un changement temporaire dans les tâches à mesure que l’employé revient à la normale et gardez à l’esprit qu’il peut y avoir des changements permanents dans les capacités d’une personne. Les discussions à ce sujet devront être traitées avec tact et des conseils d’experts pourront être requis de la part de Santé au travail.

En vous préparant à fournir du matériel spécialisé (adaptation d’un poste de travail pour accueillir un fauteuil roulant) et à recycler, le cas échéant. Les personnes atteintes de méningite virale déclarent avoir le sentiment que leur maladie est souvent minimisée, car elle est « uniquement » virale. Soyez sensible et comprenez que pour beaucoup de gens, c’est une maladie qui change la vie.