Si les femmes souffrent d’une carence en vitamine B12 pendant la grossesse, cela peut entraîner des troubles métaboliques chez l’enfant et augmenter le risque de diabète de type 2, selon une étude réalisée par l’université de Warwick en novembre 2016. Compte tenu du nombre croissant de diabétiques, les femmes enceintes devraient toujours veiller à leur approvisionnement, qu’elles mangent des aliments végétaliens, végétariens ou normaux. Les femmes qui consomment de la viande et des produits laitiers peuvent également développer une carence.

Le diabète infantile

La carence pendant la grossesse peut affecter le métabolisme de l’enfant de telle sorte qu’il présente un risque accru de diabète de type 2 plus tard dans la vie, selon une nouvelle étude (novembre 2016) présentée à la conférence annuelle de la Société d’endocrinologie à Brighton. Cette vitamine B12 est présente naturellement dans les aliments d’origine animale tels que la viande, le poisson, la volaille, les œufs et les produits laitiers, ce qui conduit souvent à supposer que les végétaliens et les végétariennes sont plus susceptibles d’être affectés par cette carence que les mangeurs normaux, mais ce n’est pas nécessairement le cas. Il existe également un certain nombre de facteurs de risque qui peuvent entraîner cette carence chez les personnes qui mangent normalement, comme les problèmes gastro-intestinaux ou certains médicaments. La consommation d’aliments d’origine animale ne garantit pas automatiquement un apport optimal en B12. 

Les problèmes de santé chez l’enfant

Auparavant, des études antérieures avaient déjà montré que les femmes enceintes souffrant d’une carence présentaient également un IMC plus élevé (c’est-à-dire une surcharge pondérale) et donnaient plus souvent naissance à des enfants de faible poids à la naissance mais avec un taux de cholestérol plus élevé. Ces enfants souffrent ensuite d’une résistance à l’insuline à un âge précoce (précurseur du diabète de type 2), ce qui signifie que leurs cellules corporelles ne répondent pas aussi bien à l’insuline.

Comment la carence maternelle en vitamine B12 chez les enfants conduit au diabète?

Dans cette étude, des chercheurs de l’université de Warwick ont suggéré que les changements métaboliques développés par l’enfant pourraient être le résultat de niveaux anormaux de leptine. C’est une hormone de satiété, qui est sécrétée par les cellules adipeuses pour indiquer aux gens, qu’ils ont suffisamment mangé. Les niveaux de leptine sont équilibrés s’ils suivent un régime pauvre en graisses et ont un poids corporel sain. Si vous êtes en surpoids, ce taux augmente et reste élevé en permanence. Cela peut à son tour entraîner une résistance, ce qui signifie que la personne ne réagit plus à cette hormone, ne se sent plus vraiment rassasiée et a donc tendance à trop manger en permanence. Cependant, le surpoids et la suralimentation entraînent désormais un risque accru de diabète de type 2 et ces hormones sont donc considérés comme un marqueur du taux de graisse corporelle.

Une carence pendant la grossesse peut altérer les gènes de l’enfant. Il semble qu’une carence maternelle puisse reprogrammer la leptine, de sorte qu’une trop grande quantité de cette hormone est libérée lors de la croissance et du développement de l’embryon, et que l’apport en nutriments fourni par la mère à l’enfant programme la santé de l’enfant (y compris plus tard dans la vie) dans l’utérus, a déclaré le Dr Björn. Une carence chez la mère modifie le métabolisme des graisses de l’enfant. Les enfants nés de mères sous-alimentées ou suralimentées ont un risque beaucoup plus élevé de maladie. Il s’agit avant tout du diabète de type 2. Cependant, la carence maternelle affecte le métabolisme des graisses, ce qui augmente également le risque de diabète “Les niveaux de leptine peuvent augmenter pour deux raisons”, explique le Dr Adaikala Antonysunil, qui a également participé à l’étude. De faibles niveaux de vitamine B12 peuvent soit augmenter l’accumulation de graisses dans l’embryon, soit ils peuvent augmenter le risque de développer la leptine. Par ailleurs, une carence  provoque des modifications directement dans les gènes impliqués chez l’enfant, ce qui entraîne une augmentation de la production de l’hormone elle-même. La vitamine B12 est impliquée dans les réactions de méthylation dans la cellule. Mais ce sont précisément ces réactions qui peuvent activer ou désactiver des gènes, et donc aussi les gènes de régulation du taux de leptine. Lors d’une grossesse, il est donc particulièrement important d’assurer un bon apport en vitamine B12.