À partir du moment où nous naissons notre relation avec la zone de l’abdomen et avec notre intestin, elle assume un rôle de grande importance ; une image symbolique, mais aussi un signal d’alarme si quelque chose ne va pas.

Il arrive qu’à un certain moment, en grandissant, nous oubliions cette prise de conscience et assumions des comportements qui nuisent matériellement à l’un de nos organes les plus importants.

Malgré les coliques, les douleurs abdominales, la constipation, le gonflement, les difficultés digestives, la malabsorption, les maux de tête récurrents, les altérations du cycle, la prise de poids et les modifications hormonales, nous ne semblons pas trop préoccupés par le soutien de cet organe qui représente le véritable centre de commande, non seulement le second cerveau, comme la science l’a maintenant défini, mais aussi ce système capable de communiquer avec toutes les cellules de notre corps en envoyant des informations aux organes.

Le microbiote intestinal humain

Le microbiote intestinal humain a été défini par les scientifiques comme “un super organisme, avec un nombre de bactéries qui dépasse le nombre total de nos cellules et qui joue un rôle important dans la détermination de notre état de santé. Si l’équilibre délicat qui régule l’interaction entre le microbiote et l’hôte (la bactérie) est altéré, le développement de différentes pathologies est possible”. (Conférence Aimes à Spazio Nutrizione 8-11 mai 2017).

Chacun d’entre nous développe avec son propre microbiote un rapport de véritable symbiose, c’est-à-dire un rapport qui est avantageux pour nous deux, et cela se produit dès le moment de la conception et devient ensuite plus fort et plus authentique pendant la gestation et au moment de la naissance.

Il est donc très important de suivre un régime alimentaire approprié également pendant la gestation afin que notre microbiote puisse se développer de manière appropriée. Bien que ce soient les enzymes qui soient les maîtres : comme le lactobacillus acidophilus et le lactobacillus bifidus pour aider la flore à rester saine, nous avons plusieurs alliés : les baies et les fruits riches en fibres, les amandes, les graines et la farine de lin, la racine de gingembre, les pistaches et les abricots secs.

Le bien-être intestinal

Il est bon de savoir que les bonnes bactéries, qui peuplent notre flore intestinale, sont très importantes et jouent un rôle protecteur, elles font partie intégrante de la puissante barrière du système immunitaire.

Leur tâche est vraiment importante, c’est grâce à elles que les nutriments de la nourriture que nous mangeons sont ou non absorbés, métabolisés, synthétisés. La flore bactérienne régule l’expression du système immunitaire, soutient le péristaltisme et protège la muqueuse intestinale, donc l’ensemble de l’organisme, contre l’agression des micro-organismes pathogènes qui provoquent des infections.

Si les micro-organismes qui peuplent notre flore bactérienne ne sont pas en harmonie, un syndrome très ennuyeux, connu aujourd’hui de la plupart des gens, se produit : la dysbiose intestinale ou le syndrome du côlon irritable.

La bonne nouvelle est qu’il est possible de soutenir le microbiote avec une alimentation adéquate et qu’il est possible de reprogrammer la flore bactérienne intestinale.

Très souvent, cependant, notre alimentation n’est pas si désastreuse, nous essayons de faire attention, de suivre les directives, de faire du sport, néanmoins nous rencontrons les mêmes troubles, qu’est-ce qui interfère alors avec le microbiote en plus de la nutrition ?

Le mode de vie ; et avec lui toutes les pensées négatives, les émotions retenues, la colère, la frustration, la tristesse, la douleur.

Des milliers d’années se sont écoulées depuis que les médecines anciennes comme les médecines orientales, mais aussi l’école grecque, sans tests de diagnostic, ont donné une lecture complète, intégrée et si nous voulons holistique de notre corps.

Grâce au microbiote aujourd’hui nous savons qu’il n’y a pas de cellule qui ne soit pas insérée dans un environnement et que cet environnement détermine la santé de la cellule et vice versa. L’environnement de la cellule est la matrice extracellulaire, le mésenchyme, le tissu conjonctif embryonnaire. C’est pourquoi, face à une réaction cutanée, par exemple, nous ne pouvons pas nous limiter à travailler localement, exclusivement sur le symptôme. Son origine sera souvent en amont, alors que la peau ne sera que le lieu où le symptôme a la possibilité de s’exprimer.

Déjà dans le pré-classicisme, Hermès Trismégiste dans “La Table d’Émeraude” disait : “Tout ce qui est en haut est comme ce qui est en bas, tout ce qui est en bas est comme ce qui est en haut. Et c’est réaliser le miracle d’une chose dont toutes les choses dérivent, grâce à une opération qui est toujours égale à elle-même.”

C’est-à-dire que nous avons toujours su que tout ce qui est extérieur au corps et tout ce qui est intérieur au corps sont interconnectés et c’est dans la façon dont cet échange se fait que se manifeste l’équilibre ou non de notre santé.

De la médecine ayurvédique à la médecine traditionnelle chinoise, des Étrusques à Hippocrate, le message a toujours été clair, l’homme est composé de la triade : corps, esprit et âme.

Pour un équilibre correct et pour retrouver l’état de bien-être, il est nécessaire de ne jamais perdre de vue ces trois aspects, que l’on médite ou prie ou que l’on pratique la pleine conscience ou le yoga. Peu importe que vous soyez végétalien, végétalienne ou omnivore, peu importe que vous soyez cadre, travailleur, agriculteur ou femme au foyer, l’important est que vous soyez conscient de ces 3 aspects qui contribuent à votre état de santé afin que lorsque la vie vous met face à des choix, vous présente des difficultés, vous fait perdre vos habitudes, vous puissiez rester en équilibre.

L’Occident à cause de sa vie en frénésie a beaucoup perdu, surtout en “écoute”, mais l’écoute a un rôle fondamental car elle nous permet de “sentir” comment nous sommes, avant qu’il ne soit trop tard, c’est notre thermomètre, notre espion qui nous aide à nous remettre sur les rails en puisant dans nos ressources, le merveilleux programme inséré dans chaque organisme qui est l’homéostasie, la condition constante du retour à l’équilibre.

Et comme le dit Tenzin Gyatso XIV Dalaï Lama, l’absurdité de l’Occident “est que les hommes perdent la santé pour gagner de l’argent et ensuite perdent de l’argent pour retrouver la santé. Ils pensent tellement à l’avenir qu’ils oublient de vivre le présent de telle manière qu’ils ne peuvent vivre ni le présent ni l’avenir. Ils vivent comme s’ils ne devaient jamais mourir et ils meurent comme s’ils n’avaient jamais vécu.”

Alors traitons bien nos intestins, nourrissons notre microbiote, nourrissons-nous avec la conscience, choisissons les bonnes fréquences, choisissons de suivre notre destin, cherchons nos talents et nourrissons-les et fixons-nous des objectifs simples et atteignables, si changer le monde vous semble impossible, nous pouvons toujours partir de nous-mêmes et être cette fameuse goutte.

.