Vous, comme tout le monde dans l’univers, méritez votre amour et votre affection (Gautama Buddha).

Depuis quelques années, la psychologie accorde une attention particulière à un concept très important pour le bien-être psychologique : l’acceptation de soi.

Dans son célèbre livre Stop suffering, start living, Steven Hayes parle en profondeur dans lequel il enseigne comment vivre sa vie de manière riche et équilibrée, en neutralisant les effets négatifs de nos pensées. C’est un livre d’auto-assistance, plein d’exercices pratiques et d’explications claires, que je vous recommande si vous voulez commencer à adopter une attitude radicalement différente face à votre malaise.

Qu’est-ce que l’auto-acceptation ?

Il convient de souligner qu’il s’agit d’un concept qui, bien que lié, est tout à fait distinct de l’estime de soi.

En fait, l’estime de soi fait référence au jugement de valeur que nous nous portons, l’acceptation de soi fait référence au degré auquel nous sommes capables d’accepter toutes les parties de nous-mêmes (à la fois positives et moins positives) telles qu’elles sont. Par conséquent, le jugement de valeur caractéristique de l’estime de soi fait défaut. C’est plutôt une acceptation inconditionnelle qui conduit à une affirmation de soi.

Nous pouvons reconnaître nos faiblesses, nos limites, nos peurs, nos idées négatives, et en même temps accepter ces aspects tels qu’ils sont, sans qu’ils puissent interférer avec notre bien-être.

Beaucoup d’entre nous, au contraire, sont enclins à se punir, à s’auto-critiquer constamment. Ce n’est pas surprenant, car dans notre société, on nous apprend souvent qu’être dur avec soi-même donne des résultats, qu’il faut se motiver et se mesurer aux autres. Dans les sociétés occidentales, une autocritique excessive est considérée comme la clé du succès.

Mais ce n’est pas le cas. Les recherches ont montré, au contraire, qu’une autocritique excessive peut entraîner une baisse de l’estime de soi, de l’anxiété et de la dépression, et que le bonheur et le bien-être personnels sont étroitement liés à la capacité de s’accepter sans condition.

En fait, l’acceptation de soi augmente notre énergie intérieure, notre capacité à faire face aux obstacles et à exceller dans le travail et la vie sociale.

Le langage : une épée à double tranchant

L’un des aspects mis en évidence par Hayes dans son livre est le rôle du langage intérieur, de nos pensées, comme source de souffrance. En effet, nous sommes généralement habitués à traiter les problèmes selon la formule : “Si vous avez un problème, trouvez un moyen de vous en débarrasser”.

Cette stratégie est bonne pour les problèmes extérieurs à nous-mêmes : un problème au travail, un problème d’argent, etc. Le point critique est que nous avons souvent tendance à appliquer cette stratégie à nos réflexions ou à nos émotions également. Comment ? En essayant de s’en débarrasser.

Cela signifie que dans les moments où nous éprouvons un plus grand malaise psychologique, une plus grande anxiété, un sentiment de dépression, et où nous avons une série de pensées négatives qui nous conditionnent, il nous vient naturellement à l’esprit d’essayer de supprimer ces émotions et ces idées, en essayant de les chasser.

Si vous vous trouvez également dans cette attitude, gardez deux choses à l’esprit : la première est que cette stratégie, non seulement ne fonctionne pas, mais paradoxalement elle ne fait qu’augmenter la souffrance. La seconde est qu’il existe une manière plus fonctionnelle d’arrêter la souffrance.

Comme vous l’avez peut-être deviné, cette meilleure façon de gérer le malaise est régie par le mot “acceptation”.

En termes pratiques, cela signifie que votre pensée “je me suis ridiculisé” et votre émotion de honte deviennent un problème de plus en plus important, que vous continuez à ruminer ou que vous essayer de les chasser. Tout cela s’appelle l’évitement expérientiel, qui ne fait qu’augmenter votre souffrance psychologique.

En fait, l’évitement expérientiel montre que nous sommes fusionnés avec nos pensées. C’est-à-dire que vous êtes très pris par la pensée “je me suis ridiculisé”, comme si cette pensée vous représentait pleinement, vous et votre personne.

Tout le monde peut avoir des idées négatives, mais tous ne développent pas aussi de l’anxiété, de la dépression, des symptômes psychosomatiques, etc. En effet, ce ne sont pas les pensées elles-mêmes qui créent la souffrance, mais l’attitude que nous avons à leur égard. Si nous sommes trop imprégnés de nos pensées négatives, elles conditionneront notre vie. Si, au contraire, nous les acceptons pour ce qu’ils sont, en les laissant libres d’entrer et de sortir de notre esprit, ils cesseront d’avoir un pouvoir sur la qualité de notre vie.

Être compatissant envers soi-même

Un concept étroitement lié à l’acceptation de soi est l’auto-compassion. L’acceptation de soi est atteinte lorsque nous adoptons une attitude de compassion envers nous-mêmes. Le mot “compassion” joue un rôle central dans la tradition bouddhiste, mais dans notre culture, nous avons tendance à l’associer au terme “compassion”. Pitié et compassion, cependant, sont deux émotions distinctes. La compassion vient du latin cum patior, ou “souffrir avec”, et est un terme beaucoup plus proche de l’empathie que de la pitié. Être compatissant envers quelqu’un signifie donner une voix à sa douleur et en même temps lui donner la possibilité de la vivre sans être détruit. Pour prendre le chemin de l’acceptation inconditionnelle de soi, la même attitude compatissante doit être dirigée vers soi-même.

Cette attitude ouvre la voie à une meilleure acceptation de notre vie émotionnelle et nous éloigne des réactions anxieuses ou dépressives. Une étude publiée en 2008 dans la revue Psychoneuroendocrinology a également montré que les personnes ayant une attitude plus auto-compassionnée ont des niveaux de cortisol (l’hormone du stress) plus faibles dans leur corps. Cette étude souligne, une fois de plus, la grande influence de notre vie psychologique sur notre corps.

– Notez ce que l’auto-compassion n’est pas.

  • Ce n’est pas de l’auto-compassion. S’apitoyer sur soi-même signifie s’immerger dans ses propres problèmes et oublier que l’on n’est pas le seul à ressentir de la douleur ou à avoir des difficultés. Être compatissant avec soi-même signifie, au contraire, voir les choses exactement comme elles sont, observer sa douleur ou ses problèmes en perspective;
  • Ce n’est pas de l’auto-indulgence. Avoir de la compassion pour soi-même ne signifie pas fuir ses responsabilités ou être paresseux. “Aujourd’hui, je me sens mal, alors pour être gentil avec moi-même, je vais manger un bol de glace et regarder la télévision toute la journée” : c’est de l’auto-indulgence, et c’est bien différent de l’apitoiement sur soi-même. Faire preuve de compassion envers soi-même signifie soulager la souffrance, essayer d’être heureux et en bonne santé sur le long terme. Le simple fait de pratiquer une activité agréable peut parfois nuire au bien-être (par exemple, manger à l’excès, se droguer ou fumer), tandis que l’auto-compassion favorise un changement positif en nous observant sans crainte et sans condamnation.

Avoir une attitude d’acceptation de soi n’est pas un objectif immédiat. Vous devez vous libérer progressivement de vos modes de relation habituels avec votre vie mentale et adopter une façon radicalement différente de vous observer. C’est cependant un travail sur votre propre personne qui vous sera utile dans tous les moments de crise et de difficulté, vous aidant à vivre votre vie plus pleinement et à mieux gérer les problèmes.