Souvent associée aux émotions que l’on ressent, l’anxiété pathologique est un trouble de plus en plus répandu. L’anxiété est pourtant un état physiologique naturel dont le corps a besoin pour faire face à des situations dangereuses. Elle se manifeste par un fort sentiment de malaise et un état d’alarme qui active la conscience et l’aide à surmonter des situations pouvant causer de graves préjudices.

Tout le monde ressent l’anxiété à certains moments de la vie…

Avant une réunion importante ou un examen, il arrive qu’on se sente testé et anxieux. Heureusement, il ne s’agit que d’une anxiété passagère. Le sentiment disparaît dès que la situation qui l’a engendrée est terminée. Tout est donc normal, vous n’aurez pas besoin de traitement.

La situation se complique cependant lorsque l’anxiété ne se dissipe pas avec le passage de l’événement qui l’a provoquée. Elle devient alors une condition de tension et d’appréhension constante puis devient pathologique, c’est-à-dire courante (fais partie de la vie quotidienne).

Qu’est-ce qu’un trouble anxieux ?

L’anxiété pathologique est un trouble anxieux qui n’est pas un simple malaise passager, mais une réaction anormale de l’esprit qui peut interférer avec le cours normal de la vie. Ses symptômes sont caractérisés par un sentiment douloureux d’attente, comme si quelque chose de désagréable allait se produire d’un moment à l’autre. C’est une sorte de menace interne devant laquelle la personne se sent impuissante.

Lorsqu’il s’agit d’anxiété pathologique, la maladie suppose une classe de troubles anxieux caractérisés par un ensemble de symptômes regroupés en six types principaux.

Le trouble d’anxiété généralisée (TAG)

Le trouble d’anxiété généralisée se caractérise par un état d’agitation interne permanent. La personne anxieuse est incapable de faire face aux événements de sa vie, ces derniers qu’elle considère comme trop importants et trop difficiles à gérer. Même les choses simples du quotidien provoquent un état d’angoisse insupportable. Des pensées catastrophiques se créent en tête tandis que l’anxieux perd toute capacité à évaluer la réalité. Il reste ainsi dans un état d’alerte constant, sans qu’il n’y ait rien à craindre.

Le stress excessif

Les réactions sont de forte intensité et disproportionnées. Les symptômes apparaissent en période de stress ou dans un environnement globalement défavorable. Bien souvent, ils sont accentués par des moments particulièrement critiques ou des instants nécessitant des choix exigeants. Les troubles sont par ailleurs causés par des expériences de vie traumatisantes ou des événements dramatiques survenus pendant l’enfance. Ce type de crise touche deux fois plus de femmes que d’hommes.

Le DAP

Le trouble panique (DAP) se manifeste par des crises d’anxiété aiguës et très intenses, qui peuvent durer de 15 à 30 minutes. Durant ce moment, la personne pense qu’elle est mourante. Il s’agit d’une condition d’appréhension extrême et de grand malaise. La principale caractéristique est l’expérience de la terreur, qui s’accompagne d’une anxiété paralysante. La réaction peut survenir soudainement, même sans cause apparente et se manifeste par différents symptômes :

. Peur de la peur : crise de panique et peur d’une attaque extérieure

. Hypocondrie : anxiété immodérée liée à la croyance d’avoir une maladie grave

Une personne hypocondriaque souffrant d’un long passé médical pense qu’elle ne reçoit pas un traitement approprié à sa maladie. Cette phobie de la maladie peut affecter de nombreux systèmes à différents moments ou simultanément.

Le trouble obsessionnel compulsif

Le trouble obsessionnel compulsif ou TOC se caractérise par deux réactions : obsessions et compulsions. Le trouble peut déjà se produire dans l’enfance, mais l’incidence la plus élevée se situe entre 15 et 25 ans. Ces souffrances interfèrent de manière significative avec le quotidien et peuvent compromettre le fonctionnement de la vie en société et au travail.

Principales caractéristiques du trouble obsessionnel compulsif

Les obsessions sont intrusives et ennuyeuses. Elles peuvent apparaître sous forme d’idées, de pensées, d’impulsions ou d’images qui surgissent soudainement dans l’esprit. Ces pensées intrusives reviennent en tête avec insistance sans qu’on puisse les chasser. Elles occupent l’esprit en permanence en causant souffrances et malaise.

Plus fréquente chez les hommes, ce trouble n’est jamais épisodique. Il devient chronique et s’aggrave jusqu’à altérer différents domaines de la vie.

L’anxiété sociale

L’anxiété sociale est la peur persistante de certaines situations sociales. Elle se caractérise principalement par la peur d’être exposée au jugement éventuel des autres. L’anxiété sociale est un trouble plus répandu chez les hommes. Si elle n’est pas traitée, la maladie peut devenir chronique et causer des troubles comme la dépression ou le trouble de la personnalité évitant.

Désordre obsessionnel compulsif, comment intervenir ?

L’anxiété pathologique est engendrée par d’anciens conflits et blessures, plus ou moins profondes, qui ont affecté l’image de soi et la valeur personnelle de l’anxieux.

La première étape pour améliorer cette situation d’angoisse consiste à travailler sur vos perceptions et votre identité. Cela implique : mieux se connaître et analyser son expérience intérieure.

La psychothérapie se présente comme l’un des traitements efficaces pour soulager le trouble obsessionnel compulsif et tout autre trouble de l’anxiété. Elle permet d’ailleurs de travailler à la fois l’angoisse et la pensée. Le travail : approfondir la connaissance de soi, croire davantage en soi, en ses valeurs et ses objectifs pour retrouver l’estime de soi.

La route est peut-être longue, mais vous découvrirez des vérités sur vous-même en cours de route. Vérité qui vous encouragera à continuer le travail et à améliorer votre vie.