L’ergothérapie profite aux personnes de tous les groupes d’âge et qui ont une certaine limitation ou incapacité à effectuer des activités quotidiennes.

Réfléchissez à votre vie quotidienne, et vous vous rendrez compte qu’elle est composée d’une série d’activités qui nécessitent des compétences différentes. Même si certaines d’entre elles semblent très simples, comme se brosser les dents ou mettre une chemise, il existe des conditions sanitaires qui empêchent ou entravent leur bonne exécution. L’ergothérapeute est le professionnel qui cherche à aider le patient à effectuer ses activités quotidiennes (occupations) lorsque de tels problèmes existent. Ces activités comprennent les tâches d’auto-soins (hygiène, alimentation et habillement), la productivité (travail ou études), les loisirs (sports, danse et peinture, par exemple) et les activités sociales en général.

Le Conseil fédéral de physiothérapie et d’ergothérapie

Le Conseil fédéral de physiothérapie et d’ergothérapie définit l’ergothérapie comme une “profession de niveau supérieur axée sur l’étude, la prévention et le traitement des personnes présentant des altérations cognitives, affectives, perceptives et psychomotrices, résultant ou non de troubles génétiques ou traumatiques et/ou de maladies acquises”.

Les professionnels travaillent dans divers endroits, tels que les hôpitaux, les cliniques, les cliniques externes et les maisons de retraite, mais ne sont pas limités aux établissements de soins de santé. Il est fréquent que les gens aient besoin de votre aide dans des projets sociaux, des écoles, des entreprises, des maisons familiales, le système carcéral, entre autres. “L’ergothérapeute joue un rôle clé dans la santé collective, car sa formation est capable de traiter les problèmes sociaux, la réadaptation physique et psychologique, la réinsertion sociale et, à partir de là, de contribuer à la promotion, à la prévention et à la récupération de ceux qui ont besoin de soins”, explique Edna Mendonça, ergothérapeute et doctorante en santé collective à l’Institut René Rachou (Fiocruz Minas).

Qui a besoin de soins d’ergothérapie ?

L’ergothérapie aide les nouveaux-nés et les personnes âgées. “Toute personne qui présente des changements dans ses performances professionnelles et/ou qui a des difficultés à effectuer ses activités quotidiennes peut être indiquée pour faire de l’ergothérapie”, explique Tatiana Pedroso, ergothérapeute du réseau Lucy Montoro.

Pour Edna, l’ergothérapie met les gens en contact avec ce qu’ils doivent faire ou ce qu’ils veulent faire. “C’est une profession qui étudie l’action humaine, l’occupation humaine, en considérant que l’être humain est un être professionnel”, dit-elle. Comme nous l’avons dit au début, nous pensons peu à notre vie de cette façon : comme une séquence de “faire des choses”. Voir ci-dessous des exemples de patients qui bénéficient couramment de l’assistance d’un ergothérapeute :

Enfant présentant un retard de développement neuropsychomoteur. L’ergothérapeute étudie le développement de l’enfant et les étapes du développement. Par le jeu, il peut stimuler les parties motrices, sensorielles et neurologiques de l’enfant. Mais pas seulement un jeu aléatoire. Il dirige les jouets et les activités en fonction de l’âge et des besoins de chaque patient. Chez un bébé de quelques mois présentant un retard de développement, par exemple, il est nécessaire de stimuler des sens tels que la vision et l’audition, ainsi que le contrôle du cou et le mouvement de rotation ;

Adulte qui a eu un accident et s’est fait amputer la main. L’ergothérapeute crée des solutions pour que ce patient puisse accomplir d’une seule main les tâches simples de sa vie quotidienne : manger, boire, s’habiller, se brosser les dents, se peigner, prendre un bain, aller à la banque, jouer avec l’ordinateur ou toute autre activité ou travail dont il a besoin ou qu’il veut faire. L’objectif est que le patient puisse exercer ses activités indépendamment de sa condition physique.

Une personne qui souffre d’un trouble mental quelconque, comme la dépression. Dans ce cas, l’ergothérapeute s’efforce de développer une routine d’activités quotidiennes qui soit satisfaisante et qui crée un sentiment d’utilité pour le patient, en augmentant sa confiance en soi, son estime de soi et son indépendance. Le professionnel peut vous aider dans des tâches simples d’auto-soins, identifier et améliorer les compétences qui augmentent vos chances de trouver un emploi et vous proposer de nouvelles façons de prendre votre temps agréablement.

Amélioration de l’autonomie des patients et évaluation individualisée

L’ergothérapeute travaille à partir des capacités et des limites de chaque personne, en créant avec le patient de nouvelles façons de faire ce qu’il veut et ce dont il a besoin, avec la plus grande autonomie et indépendance possible. “Les stratégies peuvent aller d’un changement dans la façon dont une activité est exécutée pour éviter de surcharger une articulation, par exemple, à une planification globale de la façon d’exécuter une activité afin de la réaliser le plus efficacement possible. Dans certains cas, des adaptations peuvent être nécessaires pour mener à bien ces activités. Ces adaptations peuvent être indiquées et élaborées par l’ergothérapeute, soit avec des équipements de technologie d’assistance, tels que des orthèses et des fauteuils roulants, soit avec des modifications de l’environnement pour faciliter la fonctionnalité et la participation aux activités”, explique Tatiana.

L’historique professionnel du patient est également fondamental. Le thérapeute suivra les activités que la personne a déjà réalisées tout au long de sa vie, sans se concentrer uniquement sur sa maladie ou son état limitant : s’il s’agit d’un enfant, il cherchera à savoir quels sont ses jeux préférés, ce qu’il aime faire ; s’il s’agit d’un adulte ou d’une personne âgée, ce qu’il travaille ou a travaillé et ce qui est important dans sa vie. “Nous allons explorer les intérêts, les capacités et la réserve de santé de chaque personne, ce qui va bien au-delà de l’examen de la maladie, des limitations et des handicaps. C’est à partir de ce moment que nous connectons et sauvons, construisons ou insérons dans leur routine, les activités nécessaires au désir de chacun. Il faut que cela ait un sens pour la personne”, dit Edna.

Voir aussi : L’infirmité motrice cérébrale peut affecter le développement moteur et cognitif.

Le niveau d’autonomie est différent dans la réalité de chacun. Par conséquent, le professionnel doit avoir un regard individualisé et faire une évaluation qui tient compte du contexte de vie du patient, de son âge, de son histoire professionnelle, de son développement et de ses objectifs.

Vous devez être créatif et penser à de nouvelles façons d’aider le patient. L’ergothérapeute se demande : “Comment puis-je aider cette personne à avoir une vie meilleure”, explique Edna. Pour ce faire, il faut comprendre ce qui empêche et ce qui aide la personne à exercer une certaine activité. “Nous avons des ergothérapeutes qui font des formations sur les transports publics avec des usagers ayant des besoins particuliers, par exemple. Chaque histoire, contexte et manière de faire est différent et demandera une intervention personnalisée”.

Différence entre l’ergothérapie et la physiothérapie

Il existe une certaine confusion en ce qui concerne l’ergothérapie et la physiothérapie, car de nombreux patients sont examinés par des professionnels de ces deux domaines. Les professions partagent le même conseil de classe, le Conseil fédéral de physiothérapie et d’ergothérapie, mais il y a beaucoup plus de différences que de similitudes.

Le travail du physiothérapeute est axé sur la prévention et la réadaptation des personnes souffrant de troubles du mouvement, c’est-à-dire que le physiothérapeute peut s’occuper, par exemple, de patients handicapés (qu’ils soient cardiaques, respiratoires, neurologiques ou autres) dont la capacité motrice est affectée. L’ergothérapie est axée sur l’occupation humaine. “Nos objets de travail et nos objectifs sont complètement différents. Si le patient souffre d’un handicap moteur qui interfère également avec la partie professionnelle, les professionnels peuvent apporter leur contribution et travailler ensemble. Mais il y a des cas où l’ergothérapie n’a rien à voir avec la physiothérapie, comme c’est le cas des personnes souffrant de troubles mentaux, par exemple”, explique Edna Mendonça, ergothérapeute.

Selon elle, il y a aussi des ergothérapeutes qui travaillent sur la planification de la vie, au service de personnes relativement jeunes et encore en très bonne santé, mais qui, pour une raison quelconque, sont déjà en phase de retraite. Dans ces situations, le professionnel fait une planification en fonction des besoins et des souhaits de la personne à ce moment. “L’ergothérapie ne travaille pas seulement dans le domaine de la santé, elle a une très grande insertion dans l’éducation et dans le domaine social. C’est une profession de haut niveau qui est fondamentale pour la société, mais elle n’a pas encore obtenu la reconnaissance appropriée”, ajoute Edna.