Sans une certaine dose de courage, vous ne pourrez pas progresser ! Il est à la base de décisions non conventionnelles, d’idées perturbatrices, de nouveaux modèles d’entreprise. Il faut du courage pour signaler les griefs et les développements erronés et pour apporter des corrections par la suite. Mais il faut aussi du courage, pour admettre ses propres erreurs et en tirer les conséquences qui s’y imposent. Par exemple, pour mettre fin à des projets mal gérés, pour repartir à zéro.

Le courage, c’est la volonté et le pouvoir de façonner l’avenir

Il est tout à fait normal, d’avoir l’impression d’avoir des menottes, avant de faire de grands pats importants. Du moins pour les adultes car les enfants sont plus insouciants. Ce n’est qu’avec les années que vous réfléchissez à vos actions et que vous voyez aussi les dangers. Mais la peur et le courage ne s’excluent pas nécessairement, ce sont plutôt les deux faces d’une même pièce.

Cependant, un peu de courage peut aider à surmonter une peur paralysante et à devenir capable d’agir. Quand il s’agit de parler de courage, il y est dit, le courage dans le sens de confiance et détermination. Il s’agit de croire en soi, de regarder l’avenir avec optimisme, d’être prêt à prendre de nouvelles voies, de tenter sa chance, de faire les choses différemment. En ce sens, le courage est synonyme de volonté et de pouvoir de créer. Il peut réaliser des rêves et transformer des visions en réalité.

Le courage aide à surmonter la peur de l’échec

Que manque-t-il le plus aux fondateurs potentiels ? Pas les idées, mais la confiance nécessaire pour les mettre en œuvre avec succès. Dans une étude internationale, 78 % des Allemands ont admis que la peur de l’échec est un obstacle majeur sur le chemin de leur propre entreprise. Et seuls 29 % d’entre eux pensaient être capables de fonder une société. Cette peur de l’échec, paralyse et fait rater de nombreuses occasions, qui risquent de ne jamais se représenter.

Sans courage aucun progrès n’est garanti 

Le courage est donc une qualité indispensable, chaque fois qu’un changement est nécessaire. Naturellement, il n’est jamais facile d’oser quelque chose de nouveau, de sortir de sa propre zone de confort. Il y a l’incertitude de ce à quoi il faut s’attendre. La peur de l’inconnu. Mais il est parfois inévitable que vous changiez et que vous vous développiez davantage. Si cela n’arrive pas de votre propre chef, c’est peut-être parce que vous le devez. Parce que les conditions cadres ont changé le mot-clé par “numérisation”. Celui qui ne bouge pas perd alors rapidement le contact. Mais ceux qui ont entrepris avec audace, de transformer leur vie ou leur entreprise sont souvent récompensés par le succès au bout du chemin.

Dans le cadre d’un débat sur les “Innovations”, il a été demandé à Rolf Najork, PDG de Bosch Rexrodt, ce qu’il fallait pour réussir à transformer une entreprise : “Avant tout, le courage de penser en grand, précisément parce que les clients eux-mêmes ont souvent du mal à le faire. Il faut sortir de la pensée évolutive du développeur industriel classique. Et ce n’est pas une question de formation, mais d’attitude” Et il poursuit : “Pour qu’une entreprise soit ouverte aux idées, il faut une approche différente du risque et de l’échec. Nous avons besoin d’une culture qui réagit aux erreurs, par la motivation plutôt que par la punition. Les gens doivent prendre des risques.”

Les braves possèdent le monde

La qualité du courage, est également indispensable pour produire des innovations. Vous devez être prêt à prendre des risques si vous voulez créer quelque chose de vraiment nouveau. Sortir des sentiers battus, faire les choses différemment des autres, cela demande beaucoup de courage. Dans le service de Telecom, ils ont mis beaucoup de choses, qui partaient dans un sens, sans dessus-dessous, pour devenir meilleurs à long terme. Vous devez être convaincu que la nouvelle approche est la bonne. Toute personne qui sait exactement que son idée peut tomber à plat, mais qui ose quand même la réaliser, est vraiment courageuse.

Il existe de nombreux exemples dans le monde des affaires de personnes qui ont été récompensées pour leur courage :

  • Il y a Berta Benz, par exemple. Grâce à son courage et à sa conduite sans crevaison, dans un véhicule automobile de Mannheim à Pforzheim, elle a sauvé l’entreprise de son mari d’une faillite imminente. C’est seulement grâce à cette réalisation que les gens ont commencé à faire confiance à l’aspect pratique, au quotidien d’une voiture sans chevaux. Le reste, c’est de l’histoire.
  • Ou prenez James Dyson. L’inventeur britannique qui a fait preuve de courage, lorsqu’il a remis en question le concept existant de l’aspirateur. Après 15 ans et plus de 5 100 tentatives, il a présenté le premier aspirateur sans sac au milieu des années 80. Il en as sorti un best-seller. En 2005, Dyson est finalement devenu le leader du marché des ventes aux États-Unis.
  • Le meilleur exemple d’un innovateur courageux est bien sûr Steve Jobs. En 2007, lorsqu’il a eu le courage de lancer, sur le marché un smartphone sans clavier, la concurrence lui a souri comme un “produit de niche”. Une bonne vingtaine d’années plus tard, Apple a vendu environ 1,5 milliard d’iPhones dans le monde, ce qui a fait de la société la plus précieuse au monde.

Les cadres doivent encourager

Non seulement les innovateurs, mais les cadres en général : le courage est une qualité particulièrement importante ! Les dirigeants doivent avoir le courage de traiter des questions complexes, de trouver des solutions à des problèmes toujours nouveaux. Ils doivent être prêts à prendre divers risques et à faire face à des choses que d’autres pourraient craindre. Le courage au niveau de la direction, est une prise de risque calculée sur la base de considérations rationnelles et d’une bonne préparation.

Les dirigeants doivent être capables de prendre des responsabilités et aussi de les transmettre. Cela aussi demande du courage. Vous l’avez certainement, vous-même remarqué, lorsque vous réorganiser votre service en donnant plus de marge de manœuvre à vos techniciens et à vos chargés de clientèle. De plus, les gestionnaires ont souvent la tâche de prendre des décisions inconfortables. Dans tout cela, il faut avoir beaucoup de confiance en ses propres capacités. Et bien sûr, les managers ont une fonction de modèle dans ce contexte : dans les situations difficiles pour l’entreprise ou leur département, ils ne doivent pas désespérer. Ils doivent alors montrer la voie, donner des orientations, inspirer, voire encourager !

C’est également payant : Allumer le courage dans une équipe est souvent accompagné d’un plus, en termes de motivation, d’engagement et de passion. Il est clair que dans chaque équipe, il y a des employés qui sont réticents à quitter leur zone de confort. D’autres ont simplement peur de s’attaquer à de nouvelles choses. Ici aussi, vous, les manageurs, êtes demandés comme des porteurs d’encouragements. Vous pouvez y parvenir par l’exemple, par un retour d’information régulier, par une culture dans laquelle le courage pour les choses nouvelles est récompensé. Même si le courage ne mène pas directement au succès, n’importe qui peut entraîner le muscle du courage.

l n’y a pas de type de personnalité qui représente explicitement la bravoure. Nous ne pouvons pas prédire qui (dans une situation donnée) sera courageux et qui ne le sera pas. Si c’est le cas, alors pour l’instant, chacun a les mêmes prérequis. Cela dépend uniquement de vous, de votre comportement, que vous soyez courageux ou non. La prédisposition est là, il suffit de la faire ressortir. De nombreux experts sont convaincus que le courage peut être entraîné comme un muscle, par exemple avec les exercices quotidiens. Fondamentalement, en adoptant une attitude de base positive. L’ouverture et la curiosité encouragent les actions courageuses. Parce que l’optimisme est étroitement lié au courage, il est également utile de se concentrer sur ses succès passés. Ou pour se souvenir, le soir, de 3 à 5 choses qui ont bien fonctionné pendant la journée. Oui, vous le pouvez ! Vous devriez toujours en être conscient !

Soyez simplement plus courageux !

La devise est : Soyez simplement plus courageux ! Certes, ce n’est pas toujours facile. Vous aussi, avez eu des moments de doute dans votre carrière, lorsqu’il s’agissait d’une nouvelle tâche, d’un nouvel emploi ou d’une nouvelle file d’attente. Vous avez souvent, des situations dans lesquelles vous êtes parfois incertains, dans lesquelles vous perdez votre courage.

Mais l’expérience montre, qu’il est souvent payant de rassembler tout votre courage et de surmonter votre peur de l’échec. C’est pourquoi il est dit : “Quiconque veut faire une différence au cours de la nouvelle année, qui veut atteindre ses objectifs, a besoin d’une chose avant tout : un peu de courage”. Ou, comme l’a si bien dit Vincent van Gogh : “Que serait la vie, si nous n’avions pas le courage de prendre des risques.”