Le nombre de nouveaux cas de cancer du col de l’utérus a considérablement diminué en Allemagne au cours des dernières décennies. Néanmoins, les médecins et les caisses d’assurance maladie discutent de la manière de remplacer les du frottis de Papanicolaou par un test viral. Selon l’Institut Robert Koch, environ 4 700 femmes contractent chaque année un cancer du col de l’utérus, le soi-disant carcinome du col de l’utérus.

Pour près de 1 600 personnes, la maladie est mortelle. Les femmes à partir de 20 ans peuvent se faire examiner une fois par an par leur gynécologue aux frais de la compagnie d’assurance et subir un frottis vaginal (du nom du médecin George Nicholas Papanicolaou) pour déterminer si elles souffrent déjà de stades préliminaires de cancer du col de l’utérus. Mais cette pratique établie pourrait bientôt changer : actuellement, les gynécologues et les compagnies d’assurance maladie discutent de la possibilité de remplacer le frottis annuel par un test quinquennal de dépistage du virus HPV (HPV : human papilloma viruses). De nombreuses femmes sont déstabilisées.

Qu’est-ce que le cancer du col de l’utérus ?

C’est là que le carcinome du col de l’utérus peut apparaître. Une condition préalable au développement d’un carcinome du col de l’utérus est l’infection et l’infection à long terme par certains virus du papillome humain (VPH) cancérigènes, qui sont principalement transmis lors de rapports sexuels. Les tumeurs malignes peuvent se développer dans différentes parties du col de l’utérus. Chez sept à huit femmes sur dix, une tumeur invasive trouve son origine dans le tissu de couverture de la muqueuse, l’épithélium pavimenteux. Les adénocarcinomes du tissu glandulaire sont moins fréquents.

Quelle est la situation actuelle en matière de prévention ?

Les caisses d’assurance maladie paient aux femmes de plus de 20 ans une fois par an un frottis PAP afin de détecter précocement les cellules modifiées au niveau du col de l’utérus. En trois ans, environ 80 % des femmes en font usage. Les femmes peuvent faire scanner leurs seins en même temps que les examens médicaux préventifs afin de détecter tout changement pouvant indiquer un cancer. Environ 75 000 femmes développent un cancer du sein chaque année.

C’est l’une des raisons pour lesquelles les gynécologues exigent que les compagnies d’assurance maladie maintiennent et paient les examens médicaux préventifs. Le frottis vaginal ne garantit pas à lui seul qu’un cancer du col de l’utérus ne sera pas détecté lors d’un examen. Selon l’étude ATHENA, une femme sur dix ayant obtenu un résultat positif pour les types de VPH 16 ou 18 à haut risque avait un précurseur de cancer du col de l’utérus malgré un frottis PAP négatif.

La vaccination n’offre pas une protection à 100 %

La Commission permanente de vaccination (STIKO) recommande une vaccination générale contre les papillomavirus humains des types à haut risque HPV 16 et HPV 18, qui peuvent être détectés chez 70 % des personnes atteintes d’un cancer du col de l’utérus, afin de réduire l’incidence de ce dernier. La STIKO a réduit l’âge recommandé pour la vaccination en 2014 de 12 à 17 ans à 9 à 14 ans. La vaccination avec trois doses à deux et six mois d’intervalle doit être effectuée avant le premier rapport sexuel. Les coûts des trois doses uniques, jusqu’à concurrence de 500 euros, seront couverts par l’assurance maladie au moins jusqu’à l’âge de 18 ans.

Les vaccins actuels n’offrent pas une protection à cent pour cent. Chez les femmes qui ont déjà été infectées par l’un des types de HPV contenus dans le vaccin, par exemple lors de rapports sexuels, avant d’avoir reçu les trois doses uniques, la vaccination est inefficace. Le vaccin quadruple qui domine actuellement le marché protège non seulement contre les VPH 16 et 18 mais aussi seulement contre les VPH 6 et 11. Des études supposent que jusqu’à 70 % des femmes seraient protégées par ce vaccin, mais 30 % ne seraient pas protégées par au moins 15 types à haut risque répandus.

Le test HPV n’est pas une preuve de cancer

Une étude néerlandaise portant sur près de 177 000 femmes montre que le test HPV peut fournir entre 60 et 70 % de plus de certitude dans la détection du cancer du col de l’utérus que le frottis PAP seul. Les chercheurs recommandent le test HPV surtout pour les femmes de plus de 30 ans. Problème :bien que ce test puisse détecter une infection par des virus HPV, il ne peut pas être utilisé pour déterminer si celle-ci a déjà entraîné des modifications cellulaires. Il ne s’agit donc pas d’un test de détection du cancer.

Les médecins ne reçoivent qu’une indication. D’autre part, les femmes sont inutilement inquiètes. Chez les femmes de moins de 25 ans, au moins un papillovirus humain sur quatre peut être détecté et seule une fraction d’entre eux conduit au cancer. Un examen cytologique utilisant le frottis PAP serait toujours nécessaire pour toutes les anomalies.

Pourquoi les compagnies d’assurance maladie mettent maintenant la pression sur cette question?

En particulier, la loi Barmer GEK préconise avec véhémence le remplacement du frottis PAP par un test de dépistage du virus HPV. Cela ne devrait avoir lieu que tous les cinq ans. Le calcul : les femmes ne devraient plus aller chez le gynécologue chaque année pour demander un frottis, ce qui réduit les coûts pour les compagnies d’assurance maladie.

Selon les experts, les tests de détection précoce actuels coûteront aux compagnies d’assurance maladie près de 400 millions d’euros. Les compagnies d’assurance maladie sont prêtes à couvrir les coûts du test HPV si le frottis PAP n’est pas nécessaire. Jusqu’à présent, les patients devaient payer eux-mêmes le montant de 35 à 70 euros pour le test HPV.

A quoi pourrait ressembler un compromis?

Sur le plan médical, une combinaison de vaccination précoce, d’examen colposcopique (à la loupe) du vagin et du col de l’utérus et de frottis PAP serait logique. Le test HPV, en tant que mesure supplémentaire, détecte la présence de pas moins de 15 types de HPV à haut risque et identifie ainsi les femmes présentant un risque individuel accru. La visite médicale préventive annuelle ne doit pas être ébranlée par la seule détection du cancer du sein.

D’une manière générale, il serait logique d’avoir plus de flexibilité dans le système. Il existe, par exemple, des groupes présentant un risque plus élevé de cancer du col de l’utérus pour lesquels une vaccination et un test HPV aux frais de la compagnie d’assurance pourraient être judicieux.